Infiltration dans l'eglise : le phénomène " illuminati"

« L’ennemi a mis ses signes pour signes » (Ps. 74:4)

L’esprit du conspirationnisme (1) s’est infiltré dans le christianisme actuel. Il propose une interprétation de la fin des temps qui s’est progressivement imposée, profitant de l’inlassable travail de quelques  » apôtres  » d’une certaine vision de l’eschatologie (2), ainsi que de l’essor des nouvelles communications, pour se répandre largement. Son influence est particulièrement active dans les branches se considérant comme prophétiquement réveillées.

Que signifie exactement ce mot  » conspirationnisme « ? Chez les non-croyants, ses adeptes considèrent tout simplement comme plausible l’existence d’un complot mondial, destiné à amener un  » nouvel ordre mondial  » planétaire. Les grands trusts et les groupes de pouvoirs  » occultes  » en seraient les instigateurs, aux fins de domination et d’asservissement des masses.

Dans le monde chrétien, on a accordé à cette théorie une écoute de plus en plus grande. Elle est alimentée par de multiples  » prophètes « , apparemment tous mieux informés les uns que les autres – qui en fait se copient et s’intoxiquent mutuellement – et qui nourrissent une sorte de rumeur perpétuelle, principalement grâce à internet.
L’attention générale est périodiquement attirée sur cette thématique, qui trouve place dans les grands magazines, dans des documentaires TV, et surtout sur le web, car le sujet est vendeur. Dans le christianisme actuel, il existe une constellation de blogs et de sites qui traitent de la fin des temps, d’une vision apocalyptique, et qui véhiculent, avec la vérité (ce qui est leur intention première, la plupart du temps), une dose inégale d’approximations, d’erreur et donc de mensonge.
Hier, l’enseignement de la saine doctrine et de la Vérité était délivré par des hommes préparés, formés et consacrés ; aujourd’hui beaucoup se proclament  » docteur  » (3) derrière leur écran et chacun fait (et enseigne) ce qui lui plaît (4), sans avoir à rendre compte à quiconque des critères bibliques élémentaires inhérents à l’enseignement. (5)
Il n’y a pourtant sans doute pas eu d’autre temps, dans l’Histoire, où le besoin de rigueur, de prudence et de fidélité aux Écritures se soit autant fait sentir qu’aujourd’hui, à cause de l’immense potentiel de multiplication des effets de telle ou telle annonce, ou de tel ou tel enseignement – et de l’action conjointe de facteurs déstabilisants pour la saine doctrine (matérialisme, humanisme, libéralisme, impiété, inculture biblique, etc).

L’hypothèse chrétienne d’un complot mondial à la tête duquel nous trouverions un groupe d’hommes puissants appelés les  » illuminati « (6) est tellement bien établie dans l’Église qu’elle a acquis aujourd’hui un statut d’information, voire de vérité : ce sont les vertus de la répétitivité. Tout le monde en parle : c’est sûrement vrai. Cette propagande profite d’une déformation spirituelle, caractérisée par une attirance exagérée pour les mystères, qui supplante souvent l’amour de la Vérité (7). Il faut dire que pour la plupart de ses adeptes (chrétiens), cette hypothèse d’un complot mondial semble pouvoir éclairer la Bible et permettre de mieux comprendre certains événements de la Fin des Temps. On a ainsi l’impression de pouvoir surveiller l’avancement des choses, d’avoir les yeux sur les rouages de la machine diabolique, de lire les plans de l’ennemi.

—————————————————————————-
Notes page 1
(1) Cette expression («l’esprit du conspirationnisme») ne s’entend pas dans le sens d’une personnification démoniaque, mais d’une mentalité adhérant à des codes de pensée, à une conception du monde et de l’avenir.
(2) L’eschatologie est l’étude des doctrines et des croyances relatives à la fin des temps, des derniers événements de l’histoire du monde ou de l’ultime destinée du genre humain, couramment appelée la  » fin du monde  »
(3) 2 Timothée 4:3 « car il y aura un temps où ils ne supporteront pas le sain enseignement; mais, ayant la démangeaison d’entendre des choses qui leur plaisent, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs»
(4) Juges 17:6 « En ces jours-là, il n’y avait pas de roi en Israël; chacun faisait ce qui était bon à ses yeux ». C’est un temps de désordre, sans autorité spirituelle représentative et reconnue, et durant lequel le peuple marche donc sans vision, ce qui l’amène logiquement à s’égarer (Proverbes 11:14).
(5) 1 Timothée 3:3 «Il faut que l’ancien (le surveillant, l’enseignant) soit irréprochable, mari d’une seule femme, sobre, modéré, réglé dans sa conduite … propre à enseigner, non adonné au vin, non violent, mais indulgent, non querelleur, n’aimant pas l’argent … Il faut qu’il dirige bien sa propre maison, qu’il tienne ses enfants dans la soumission et dans une parfaite honnêteté, car si quelqu’un ne sait pas comment diriger/enseigner sa propre maison, comment prendra-t-il soin de l’Église de Dieu ?»
(6) Pour une définition des « illuminati », voir Annexe 1
(7) 1 Corinthiens 4:6 « C’est à cause de vous, frères, que j’ai fait de ces choses une application à ma personne et à celle d’Apollos, afin que vous appreniez, en nos personnes, à ne pas élever vos pensées au-dessus de ce qui est écrit».

——————————————————————————-

P.2
Comme nous le verrons plus loin, l’apparition dans l’Église de la thèse des  » illuminati  » est récente, opportunément tirée d’un couloir oublié de la petite Histoire, pour s’infiltrer dans notre eschatologie, sans que nul ne proteste.
Qui parlait des  » illuminati  » il y a vingt ans ? La question est intéressante (8). En peu de temps, cette  » vision  » très marginale est pourtant devenue un sujet à part entière, si l’on en juge à la densité des références qui lui sont consacrées par plusieurs sites chrétiens d’enseignement francophones (9). Comment cette  » révélation  » est-elle entrée dans l’Église ? Est-elle vraiment le fruit d’une révélation ou plutôt le produit d’un obscur amalgame ?

Il faut chercher avec beaucoup de sérieux pour trouver des prises de positions critiques, ou même simplement comportant un peu de recul, dans l’Église. Ce n’est pas favorable à un sain examen de la question. Il faut dire que cette théorie du complot y est devenue un vrai courant  » d’inspiration « . Et plus on en parle, plus on y croit, en dépit des énormités qui sont avancées (10). Le plus étonnant dans ce phénomène, c’est que les oppositions lui profitent presqu’autant que les éloges, puisque la théorie du complot, c’est bien connu, se crédibilise et se renforce autant par ses opposants que par ses partisans… Il y a donc fort à parier que ce présent article fasse planer sur LE SARMENT quelques soupçons à propos de son indépendance d’esprit, car nier la pieuvre  » illuminati  » reviendrait finalement à la servir …

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il est important de préciser que dans cette prise de position, on se gardera de confondre la question du conspirationnisme (la lecture des événements et de l’actualité dans la perspective d’un complot organisé par les  » illuminati « ) avec celle de la vigilance, toujours nécessaire. Le conspirationniste se fait passer pour un vigilant, une sentinelle éveillée, et à contrario, considère celui qui critique sa vision comme inféodé aux systèmes noyautés par  » le Mal « . Mais s’élever contre l’influence du conspirationnisme ne consiste pas à démissionner de la vigilance, ni à prendre pour argent comptant tout ce que les médias véhiculent. C’est grâce à la vigilance qu’on pourra conserver le recul nécessaire pour remettre les choses (toutes les choses) en question. Il n’est pas non plus du propos de cet article de suggérer que tous les complots sont des inventions mythiques et que l’Histoire est exempte de conspirations, ou encore que le monde ne pullule pas de sociétés secrètes ou de lobbies.

Indéniablement, le monde économique, politique, militaire et religieux est en constante mutation, et il est prévisible qu’un  » ordre mondial  » différent se construise sans cesse, car sa géométrie est variable par définition. Mais nous pouvons admettre ce postulat sans avoir recours à l’hypothèse d’un complot mondial organisant sciemment et méthodiquement une domination destructrice (11), comme les plus alarmistes le  » prophétisent « .
Par rapport aux événements d’après-guerre, par exemple, nous voyons bien que le monde est en constant changement ; il a connu maints bouleversements prévisibles et imprévisibles, et un citoyen de 1950 considérerait (à juste titre) que nous sommes aujourd’hui … dans un  » nouvel ordre mondial « , par rapport à celui qu’il a connu. Cet exemple est applicable à n’importe quelle période de l’Histoire. Le phénomène qu’on veut bien appeler  » nouvel ordre mondial  » est le produit d’un nombre incalculable de paramètres, d’événements, qui, conjugués, constituent l’Histoire (c’est le principe de la multicausalité, fondement de l’historicité, et auquel l’adepte du conspirationnisme oppose le principe de l’unicausalité (12) qui est éminemment contestable et d’un simplisme affligeant).

Rappelons enfin certaines données bibliques précises à propos des temps de la fin, qui sont prises en compte ici :
- Le monde est sous la puissance du Malin (13);
- Avant le retour du Seigneur se produira l’avènement de l’Antichrist (14);
- L’Histoire des hommes et des sociétés comporte des prolongements invisibles ;
- C’est le Créateur, le Dieu éternel, qui est souverain sur toutes choses.

——————————————————————————
Notes page 2
(8) C’est le père Regimbal, prêtre catholique canadien à l’origine du Renouveau Charismatique, qui semble avoir été la première voix francophone (vers 1980) semant les graines du conspirationnisme chrétien qui prospère aujourd’hui, et dont Pierre Gilbert (autre canadien) est un ardent promoteur, avec son site Pleins Feux sur l’Heure Juste (voir l’annexe 2).
(9) Voir quelques exemples en fin d’article, accompagnés de quelques commentaires (Annexe 3).
(10) C’est un principe bien connu, et qui a fait ses preuves :« Plus le mensonge est gros, et plus on y croit » (citation attribuée à Joseph Goebbels, ministre de la propagande du IIIè Reich).
(11) Dans certains compartiments de la théorie, les états du monde contrôlés par les  » illuminati  » prépareraient des camps de concentration, des fosses communes, des moyens de destructions massifs de leurs propres peuples, dont on ne cite ici qu’un exemple parmi d’autres http://www.spreadthetruth.fr/wordpress27/?p=2220 et http://www.spreadthetruth.fr/wordpress27/?p=2242#comment-1441.
(12) « Quiconque profère que l’histoire est le processus « une cause un effet » n’est pas un historien qui procède à un travail scientifique mais un narrateur qui conte un récit ». Nicolas Lebourg, Dr en Histoire, extrait de « La Théorie du Complot et le sens de l’Histoire ».
(13) 1 Jean 5:19 « Nous savons que nous sommes de Dieu, et que le monde entier gît dans le méchant (ou : sous la puissance du malin) ».
(14) 2 Thessaloniciens 2:3 « Que personne ne vous séduise en aucune manière, car ce jour-là ne viendra pas avant que l’apostasie ne soit arrivée et que l’homme de péché n’ait été révélé, le fils de perdition, qui s’oppose et s’élève contre tout ce qui est appelé Dieu ou qui est un objet de vénération, en sorte que lui-même s’assiéra au temple de Dieu, se présentant lui-même comme étant Dieu »

—————————————————————————-

P.3

ORIGINES DU CONSPIRATIONNISME, et du concept des  » illuminati « 

1) L’ESPRIT DU CONSPIRATIONNISME
Les hommes ont toujours eu besoin d’avoir recours à des hypothèses pour expliquer certains événements dont le sens leur échappait. Le phénomène est particulièrement vivace dans les milieux d’extrême-droite comme d’extrême gauche (pas pour les mêmes raisons). On y accorde foi à un complot orchestré pour la manipulation et le contrôle des masses, qui est systématiquement attribué à des élites dominantes : Francs-Maçons, Jésuites, Juifs, grands capitalistes… sur lesquels on se focalise.

Le conspirationnisme est une alternative à la réalité politique, économique et sociale. Dans son livre Les origines du totalitarisme, Hannah Arendt (15) explique que « Le recours à l’explication des évènements par un hypothétique complot permet de donner une cohérence au monde et de rassurer les foules ». L’auteur écrit ainsi que ces théories répondent justement à un besoin des foules, « qui ne font confiance ni à leurs yeux ni à leurs oreilles, mais à leur seule imagination, qui se laissent séduire par tout ce qui est à la fois universel et cohérent en soi-même ». Plus loin, elle ajoute que « la fuite des masses devant la réalité est une condamnation du monde dans lequel elles sont contraintes de vivre et ne peuvent subsister, puisque la contingence en est devenue la loi suprême et que les êtres humains ont besoin de transformer constamment les conditions chaotiques et accidentelles en un schéma d’une relative cohérence ».

Dans « Mein Kampf », Hitler démontre qu’il avait bien compris ce principe, et l’avantage politique qu’on peut tirer de la concentration des masses sur l’uni-causalité : « l’art de tous les vrais chefs du peuple de tous les temps consiste surtout à concentrer l’attention du peuple sur un seul adversaire, à ne pas la laisser se disperser. Plus cette assertion de la volonté de combat d’un peuple est concentrée, plus grande est la force d’attraction magnétique d’un pareil mouvement, plus massive est sa puissance de choc. L’art de suggérer au peuple que les ennemis les plus différents appartiennent à la même catégorie est d’un grand chef. (…) C’est pour cela qu’il faut toujours mettre dans le même tas une pluralité d’adversaires des plus variés (…)».

Pour Pierre-André Taguieff (16), il existe quatre grands principes qui structurent les croyances conspirationnistes :
1) rien n’arrive par accident,
2) tout ce qui arrive est le résultat d’intentions ou de volontés cachées,
3) rien n’est tel qu’il paraît être,
4) tout est lié, mais de façon occulte.

Ce sont ces paramètres qui président au raisonnement conspirationniste ; ils prédisposent notre pensée à intégrer des hypothèses inspirées par le doute, le soupçon et la peur.

2) LE CoeUR DU CONSPIRATIONNISME
La manipulation et le mensonge sont au coeur de ce phénomène. C’est en analysant les outils du conspirationnisme que cette conviction se forge. Un des instruments emblématiques de cette  » vision  » du monde est le livre appelé les Protocoles des Sages de Sion.
Cet ouvrage représentatif de la mentalité conspirationniste a été publié en 1920 et a servi de base à la démonstration antisémite de Mein Kampf. Il est présenté comme un assemblage de procès-verbaux des réunions tenues par 12 chefs secrets du peuple juif. Dans ce livre, fruit de l’imagination d’un faussaire antisémite (17), on explique un pseudo-plan d’asservissement de la planète entière. Toutes les guerres (18), toutes les révolutions, ne seraient que des manigances de ce complot afin d’instaurer un ordre mondial sous sa domination. Par le moyen de la mise en scène de ce complot, les juifs y étaient présentés comme projetant d’uniformiser les moeurs, cultures, politiques, économies, etc. de tous les pays du monde, avant de les dominer par l’établissement d’un … gouvernement mondial.

Il est troublant de constater que les choses aujourd’hui sont conformes en beaucoup de points au contexte décrit ici. Et pour l’incarnation de  » l’ennemi « , nous ne sommes pas très loin des « Sages de Sion « , avec le fameux groupe Bilderberg (19), présenté comme la tête pensante des  » illuminati « .

La création et l’instrumentalisation des Protocoles des Sages de Sion a été une étape décisive de la propagation et du renforcement de la pensée antisémite, et un des actes fondateurs de la pensée conspirationniste.
La troublante concordance de ces paramètres d’hier et d’aujourd’hui doit nous faire prendre conscience que les leviers du mensonge et de la peur sont des parties constituantes de la vision conspirationniste. Et la thèse « illuminati » actuelle en est imprégnée, comme nous le verrons plus loin.

Bien qu’il soit établi avec la plus grande certitude que Les Protocoles des sages de Sion soit un faux et que l’ouvrage ait été interdit dans plusieurs pays (dont le France et la Suisse), il continue d’être réédité dans la plupart des pays musulmans, jusqu’à être utilisé dans la Charte du mouvement islamiste palestinien Hamas (20). . Il alimente le discours de certains chefs d’états actuels, comme le président Ahrmadinedjad, par l’emploi de son argumentaire. Cet ouvrage ne devrait être cité, dans la sphère chrétienne, que pour être dénoncé et combattu, mais ce n’est pas toujours le cas, malheureusement. Certains enseignements ambigus, cités en fin d’article, en sont la preuve (21).

Le complotisme (22) et la diabolisation font partie d’une méthode qui a fait ses preuves, toujours efficiente pour rassembler les troupes contre un ennemi commun. Nous assistons d’ailleurs périodiquement à l’utilisation du même scénario, dont on change simplement le nom des acteurs, des dates et des lieux, comme l’armée israélienne vient d’en faire l’intéressante expérience très récemment (23).

——————————————————————————-
Notes page 3
(15) Philosophe allemande (1906-1975) naturalisée américaine, connue pour ses travaux sur l’activité politique, le totalitarisme et la modernité.
(16) Historien, philosophe et politologue français, auteur de « L’Imaginaire du complot mondial. Aspects d’un mythe moderne ».
(17) Ce document, parfois surtitré « Programme juif de conquête du monde » fut écrit à la fin du XIX siècle à Paris par un faussaire russe et informateur de la police politique tsariste, Mathieu Golovinski. Le texte voulait faire croire qu’il existait un programme mis au point par un conseil de sages juifs afin d’anéantir la chrétienté et de dominer le monde.
(18) Lire l’article Le plan secret des  » illuminati « , (Annexe 8), dans lequel on retrouve une construction de pensée et un argumentaire similaire. Cet article, dont l’authenticité ne résiste pas à une vraie analyse, serait rédigé par une ancienne  » illuminati  » repentie.
(19) Le Groupe de Bilderberg est présenté comme le plus puissant des réseaux d’influence politico-économiques actuels. Il rassemble des personnalités de tous les pays, dont les noms sont connus pour la plupart. Ils ne communiquent pas la teneur de leurs activités, ce qui attise le mystère. Pour ceux qui enquêtent sur les réseaux de pouvoir, le Groupe de Bilderberg serait une sorte de gouvernement mondial occulte. Il aurait été fondé en 1954 à l’Hôtel Bilderberg à Osterbeek à l’invitation du Prince Bernhard des Pays-Bas, co-fondateur du Groupe, avec David Rockefeller.
(20) Voir annexe 4.
(21) Voir annexe 5, l’article de Pleins Feux sur l’Heure Juste intitulé « Gouvernement Mondial et Complot Planétaire ».
(22) Synonyme de  » conspirationnisme « 

(23) Voir annexe 6.
————————————————————————–

P.4

3) L’HÉRÉDITÉ DU CONSPIRATIONNISME
Le conspirationnisme est né dans le sein d’un certain  » christianisme « . En effet, cette focalisation de la responsabilité des malheurs présents ou à venir sur un groupe animé d’intentions prétendument mauvaises, dominatrices, meurtrières, qui a cours dans le monde actuel, est de caractère « chrétien », car les premiers écrits développant cette thématique sont apparus en milieu catholique. Le but initial était de combattre l’influence de la franc-maçonnerie, mais la peur et la haine du juif ont rapidement intégré le mécanisme.
On trouve par exemple trace en Allemagne, dès 1778, d’écrits religieux (24) affirmant que les juifs qui étaient responsables de la mort du Christ étaient francs-maçons (par le dominicain Ludwig Greinemann). Ce texte est d’ailleurs un bon exemple de complotisme intoxiqué (25), puisque l’auteur y reprend les mythes fondateurs (et fantaisistes) qui font remonter les origines de la franc-maçonnerie à l’époque de la fondation du temple de Salomon, ce qui est historiquement faux.
Plus tard, c’est un prêtre catholique qui associera pour la première fois le complotisme aux  » illuminati « , l’abbé Augustin Barruel (26), véritable  » père  » du conspirationnisme moderne. Rédigé entre 1797 et 1798, les Mémoires pour servir à l’Histoire du Jacobinisme tend à dénoncer les origines maçonniques et diaboliques de la Révolution française, soi-disant intégralement pensée, préparée et orchestrée suivant les instructions de la société secrète « les Illuminés de Bavière » (thème repris et développé par le prélat catholique Anselme Tilloy qui fit se rencontrer, dans un roman aux airs de vérité « Mirabeau, Moses Mendelssohn et les Illuminés de Bavière dans un salon berlinois, à la veille de la Révolution Française, dans le but d’organiser le renversement des choses établies, église, monarchie » (Le péril judéo-maçonnique, publié en 1897) (27). Malheureusement, cette version fantaisiste a été intégrée dans le chapitre 22 de la charte du Hamas et nourrit activement la mouvance antisioniste actuelle, et pas seulement dans les milieux islamisants.

C’est donc dans le terreau d’un certain christianisme que le complotisme est né, associant assez rapidement en un seul bouc émissaire : les sociétés secrètes (et leurs complots pour nous dominer), avec le systématique et récurrent soupçon juif. C’est ce christianisme encore qui a franchi, plus tard, une étape supplémentaire, en diabolisant, par effet d’amalgame, les ennemis de l’Église du moment (les francs-maçons) avec les Juifs, contribuant indirectement à favoriser, et même justifier (28)- dans l’esprit de certains penseurs du IIIe Reich – l’élimination des Juifs d’Europe au nom d’un christianisme positif (29).

La focalisation de l’attention du monde (et du christianisme) sur une élite ethnico-politico-économique ressemble à s’y méprendre à une obscure répétition de ce qui s’est déjà produit. En accordant foi à cette bulle de  » vérité  » parée de raisonnements eschatologiques, ne sommes-nous pas en train de nourrir, à notre insu, la même Bête, dont on a sommairement maquillé l’apparence ?

Ceux qui n’apprennent pas les leçons de l’Histoire sont destinés (ou condamnés) à les répéter (30).

La relation entre le conspirationnisme et l’antisémitisme est établie ici afin que les chrétiens qui accordent foi actuellement, par ignorance, ou par simple effet de résonance, à un complot mondial, prennent conscience de la proximité du danger. Ce n’est pas que l’Histoire soit exempte de complots, car tout exercice de pouvoir est soumis aux pressions de comploteurs et de groupes de pression. Mais nous devons maintenir la nuance entre comploteur et complotiste, et conserver également au complot anti-juif son rang de première place historique. Et surtout être comptés parmi ceux qui s’élèveront contre toutes ses formes, évidentes ou subtiles.

Dans les années 30, on a fait croire à des foules innombrables qu’un complot existait, fomenté par les Juifs. Les électeurs allemands se sont laissés massivement convaincre par la théorie du « coup de poignard dans le dos », d’après laquelle les responsables de la défaite de 1918 étaient, en dernière analyse, « les juifs, les banquiers, les socialistes, les intellectuels … » (31). Cette « information », cette  » vérité « , cette rumeur qu’on a construite, propulsée, diffusée, était un mensonge, QUI ÉTAIT LUI-MÊME LE PIVOT D’UN AUTRE COMPLOT visant à détruire. Ainsi, ceux qui accusaient les Juifs de complot de domination se révélèrent les artisans d’un complot caché. Aujourd’hui, grâce à internet, la circulation d’une rumeur de cet acabit trouve non seulement des auditoires complaisants, mais opère leur unité d’esprit en quelques heures, à l’échelle planétaire.

Actuellement, c’est le groupe Bilderberg (32) qui est décrit comme un acteur majeur du plan de contrôle mondial. Or il s’agirait d’un groupe fondé grâce aux capitaux de la famille Rothshild, et co-dirigé par David Rockfeller … ces personnages et leurs familles étant soupçonnés d’être juifs ou sionistes, francs-maçons et grands capitalistes. Ainsi, le lien de filiation entre l’antisémitisme et le conspirationnisme est maintenu, même si pour la plupart, il demeure encore illisible.
Adhérer à l’idée conspirationniste (consciemment ou inconsciemment) consiste inévitablement à la propager, et contribue donc à la cultiver à grande échelle. Sur un certain nombre de blogs et de sites chrétiens, sont produites aujourd’hui des vidéos d’enseignement sur la fin des temps qui sont noyautées par l’esprit du conspirationnisme. On y découvre des témoignages, des photos, des reportages, des documents soi-disant  » secrets  » établissant la  » preuve  » que ce complot  » illuminati  » est en place depuis des lustres pour aboutir au grand projet du  » Nouvel Ordre Mondial « , ouvrant sur le règne de l’antichrist.

Le mélange contenu dans cette  » eschatologie  » est pourtant visible à l’oeil nu. Le Christianisme devrait être porteur de la lumière de la Révélation d’une vision céleste, au centre de laquelle se trouve « une nouvelle cité (33) » qui descend du ciel, et au-dessus de laquelle éclaire la gloire de Christ. Mais choisissant d’aller au-delà de ce qui est écrit et annoncé, la nouvelle eschatologie, mue par l’esprit conspirationniste, choisit de devenir porteuse d’une rumeur du monde, née dans les ténèbres, et de marcher de concert avec elle.
Le conspirationnisme est devenu une vague, sur laquelle surfent les « prophètes » du monde, comme Dan Brown (34), dont les oeuvres portées à l’écran viennent alimenter l’inconscient collectif, ou comme le précurseur évangélique américain Tim LaHaye (35).

——————————————————————————–
Notes page 4
(24) Johannes Rogalla von Bieberstein. – Die These von der Verschwörung. Philosophen, Freimaurer, Juden, Liberale und Sozialisten als Verschwörer gegen die Sozialordnung (p335 à 337)
(25) Le complotisme intoxiqué est une constante dans le phénomène : par leur tendance à croire des choses sans en vérifier le fondement, les personnes à mentalité conspirationniste intègrent d’emblée toute information qui va dans le sens du complot, en lui donnant un statut de vérité. Ici, on répète une erreur tirée d’un ouvrage douteux, et on la crédibilise par l’emploi qu’on en fait.
(26) « Mémoires pour servir à l’histoire du Jacobinisme » Tome I, Discours préliminaire. (Edition Hambourg, P. Fauche, 1798.)
(27) Cité par Alain De Benoist, (philosophe et politologue français) dans « Psychologie du conspirationnisme ».
(28) Saul Friedländer, « L’Allemagne nazie et les Juifs. 1. Les années de persécution, 1933-1939″, définit l’antisémitisme hitlérien comme un «antisémitisme rédempteur» qui a pu trouver à se justifier sur le terrain religieux, de par les prises de positions chrétiennes connues, directes ou indirectes, catholiques ou protestantes (Luther est en effet l’auteur du traité Les Juifs et leurs mensonges, écrit en 1543, trois ans avant sa mort, et qui a été une source d’inspiration antisémite incontestable, y compris pour l’idéologie nazie).
(29) Le christianisme positif devait être, dans l’esprit des penseurs nazis, une sorte de religion de transition entre le christianisme officiel (catholique et protestant) et un paganisme aryen. Le but étant de justifier leur racisme et leur antisémitisme. (Voir les écrits de l’idéologue nazi Alfred Rosenberg dans « Le Mythe du vingtième siècle ».
(30) Citation du philosophe et politologue hispano-américain, George Santayana, extrait de « La vie de raison ».
(31) David Aaronovitch, dans « La brigade de l’encre verte, le rôle de la théorie de la conspiration dans le façonnage de l’Histoire contemporaine », Jonathan Cape, 2009.
(32) Il existe d’autres officines, non répertoriées dans cet article ; il ne s’agit pas de défendre le groupe Bilderberg, ou les grands capitalistes, qui seront jugés par Dieu selon leurs oeuvres, mais de mettre en lumière les mécanismes de désignation des boucs émissaires et de faire apparaître les dénominateurs communs de l’Histoire.
(33) Hébreux 11/10, 16 et 13/14
(34) Écrivain américain, auteur des ouvrages « DaVinci code » et « Anges et démons », portés à l’écran par Ron Howard en 2006 et 2009.
(35) Écrivain chrétien (évangélique) américain. Son dernier ouvrage (roman), « La montée en puissance », raconte la naissance de l’antichrist ! Dans le résumé du livre, commercialisé par les éditions VIDA, on peut lire ce résumé : « Marilena Carpathia n’a qu’un rêve : être mère. C’est pourquoi quand une mystérieuse spirite lui promet la réalisation de ce rêve, elle n’hésite pas un instant. Grâce au génie génétique et avec l’aide du prince des ténèbres en personne, Marilena va devenir un vase choisi et donner naissance sans le savoir à l’être le plus mauvais que le monde ait jamais connu ». Il a aussi écrit « Les survivants de l’Apocalypse » et « Left behind ».

———————————————————————————–

P.5

4) LE CARACTERE DU CONSPIRATIONNISME
Comme nous l’avons vu précédemment, c’est un certain christianisme qui a fabriqué le conspirationnisme. Puis le monde s’est emparé de la théorie du complot mondial, qui a échappé aux religieux qui l’avaient créée pour se protéger. Et aujourd’hui, cette théorie revient en force dans l’Église, comme un boomerang, pour la polluer.

À quoi ressemblent les complotistes du monde ?
Ils sont majoritairement des athées, et sont pour la plupart des révisionnistes, ouvertement négationnistes (36), qui font l’apologie du racisme, de l’antisémitisme. Ils sont farouchement antisionistes (37), judéophobes (38) et militent activement en faveur des ennemis d’Israël. Tels sont les traits communs d’un conspirationniste moyen.
Il faut parcourir les organes de propagande extrémistes, dans les revues ou les sites altermondialistes, pour prendre la mesure de cette inspiration nauséabonde … et être frappé de retrouver certaines choses communes (notamment en ce qui concerne les  » illuminati « ) sur certains sites chrétiens soi-disant bien informés sur les temps de la fin. Une telle proximité de pensée devrait nous alerter et inciter tout chrétien spirituellement constitué à réfléchir à cette communion contre nature.

NECESSITE D’UN REJET COMPLET DU FERMENT CONSPIRATIONNISTE

La pensée principale défendue ici est que ce qui est obscur ne peut pas éclairer : nous sommes appelés à renoncer à nous alimenter aux sources corrompues (39).
Lorsqu’Abraham fut face au roi de Sodome, il lui fut proposé un partage de butin auquel il pouvait prétendre, mais le patriarche refusa de prendre de ce roi le moindre lien utile (un lacet) (40): cet exemple édifiant doit nous aider à adopter la bonne attitude face aux propositions de l’eschatologie conspirationniste. Toutes choses sont permises, mais toutes n’édifient pas (41). Ce que la Bible préconise toujours est une séparation, claire, nette et précise. Car Dieu sait très bien qu’une porte entr’ouverte est une promesse de défaite, à plus ou moins longue échéance. Aussi la Parole de Dieu nous invite-t-elle à nous sanctifier : « Car Dieu ne nous a pas appelés à l’impureté (akayarsia akatharsia), mais à la sanctification (agiasmov hagiasmos) » (1 Th. 4 : 7) (42).

Première raison : LE CONSPIRATIONNISME EST ANTISÉMITE PAR ESSENCE
La doctrine d’une conspiration mondiale ourdie par les  » illuminati  » ne peut décemment pas désigner le Juif comme l’âme du complot planétaire, afin de se soustraire à l’accusation d’antisémitisme direct ; mais les théoriciens l’ont intégré dans un rôle-clé, celui du grand argentier (telle la très emblématique famille Rothshild, mais il y en a d’autres). Juifs riches, Juifs puissants, Juifs manipulateurs. Toujours la même stigmatisation subliminale.

Face à la réunion progressive des anciens paramètres du phénomène antisémite (désignation d’un groupe de puissants, diabolisation, victimisation, dénominateurs communs avec l’antisémitisme), il est permis de penser que le monde sera amené sur ce terrain à de nouvelles réactions violentes et incontrôlables. Le rapprochement et la fusion de la notion de l’antisémitisme avec l’antisionisme, pourrait être le prélude à une nouvelle phase d’antisémitisme de masse, tout comme l’Europe de 1920-1945 s’est brutalement enflammée contre les Juifs.
La perspective fera peut-être sourire, mais les recherches comparatives entre la période actuelle et celle qui a précédé l’apparition du national-socialisme hitlérien en Allemagne présentent de troublantes similitudes (43). Les leviers sont les mêmes, doublés par la coïncidence d’une période d’incertitude, de crise de confiance (sociale et économique), très semblable. Le facteur conspirationniste pourrait donc bien être un élément déterminant de ce sombre phénomène, une partie du ciment nécessaire pour amalgamer et souder les volontés nécessaires contre Israël (44) et contre le vrai christianisme, qui par nature ne peut se joindre au concert des nations.

——————————————————————————-
Notes page 5
(36) Robert Faurisson, et Roger Garaudy (qui est à l’origine de l’assimilation du sionisme et du nazisme), sont des intellectuels français tous deux condamnés pour « contestation de crimes contre l’humanité » ; ils sont les références privilégiées de tout site ou mouvement complotiste qui se respecte.
(37) La citation suivante est évocatrice de la ligne ténue qui sépare ces deux aversions : « Durant une intervention à l’Université de Harvard, peu de temps avant sa mort, un étudiant se leva pour interroger le Pasteur Martin Luther King sur le problème du sionisme. La question était à l’évidence hostile. King répondit : « Quand des gens critiquent les sionistes, ils veulent parler des Juifs. Votre propos est antisémite», (rapporté par le député John Lewis, en 2002) ». La nuance entre l’antisionisme et l’antisémitisme existe néanmoins, mais ce n’est pas dans la galaxie conspirationniste qu’on trouvera la distinction la plus clairement établie.
(38) Voir Annexe 9: Extraits de la Préface du livre de Léon Poliakov « La causalité diabolique »
(39) Luc 6:44
(40) Genèse 14:23 : Au moment de partager un butin auquel il peut prétendre, Abraham manifeste un esprit de séparation absolue et ne veut rien qui vienne de ces rois et de ces villes, afin que ces gens ne puissent dire « moi, j’ai enrichi Abraham ! ».
(41) 1 Corinthiens 10/23
(42) Le terme akayarsia akatharsia mentionne qu’il existe un mélange qui ne peut être lavé et pour lequel il n’y a pas de processus de séparation efficace (Mt 13 : 25 à 30). Par contre, le terme agiasmov hagiasmos, qui est la position dans laquelle le véritable chrétien doit se trouver, vient du mot grec agiazw hagiazo qui signifie « qui est séparé des choses profanes, sans aucun compromis ».
(43) Sur son site internet, l’édition suisse romande du journal gratuit 20 Minutes propose à ses lecteurs de s’exprimer sur une sélection de huit théories du complot parmi les plus répandues. L’internaute est censé attribuer une note à chacune d’elles, sur une échelle de 1 à 10. L’incontournable théorie du complot sur les attentats du 11 septembre 2001 arrive largement en tête, recueillant à ce jour plus de 8500 points. Mais il y a peut-être plus inquiétant encore : la « théorie d’après laquelle le monde serait dans les mains des juifs » … arrive en troisième position avec près de 5600 points, juste après celle sur la mort de la princesse de Galles.
(http://www.20min.ch/ro/community/rating/rating.tmpl?ratingid=893)
(44) Un autre facteur étant bien sûr constitué par les réactions émotionnelles face à certains actes qui se produisent au Moyen-Orient, et certains choix politiques israéliens (dont certains sont légitimes et d’autres inacceptables) qui marginalisent de plus en plus l’état Hébreu.

——————————————————————————-

P.6

Seconde raison : L’ESCHATOLOGIE CONSPIRATIONNISTE CHRETIENNE UTILISE LA BIBLE MAIS NE LA RESPECTE PAS : IL N’Y A PAS DE CRAINTE DE L’ETERNEL
La vision d’une manipulation occulte du monde est inscrite en filigrane dans les Écritures, à cette différence près que lorsque la vision biblique fait état d’un monde spirituel qui influe sur les hommes, elle établit comme principe premier que Dieu est Souverain sur TOUTES choses. Pour l’eschatologie biblique fidèle, en effet, les jugements terrestres viennent de Dieu. L’apparition de l’antichrist fait partie d’un processus de rejet de Dieu ainsi que d’un investissement de confiance dans l’Homme, qui doit aller à son terme, d’une manière aussi certaine que la préparation des événements qui ont précédé le Déluge. Les jugements ne sont fondamentalement pas la conséquence d’actions débridées de sociétés secrètes, ni même d’initiatives désordonnées d’un gouvernement mondial inhumain, mais ils s’inscrivent dans la logique de la fin d’une dispensation, dont le terme est préconnu et révélé à l’avance par Dieu. Et ce n’est pas l’Antichrist qui est le personnage principal de la Fin des Temps, mais c’est le Seigneur Jésus-Christ, qui le consume dès Son apparition (45).
En ce sens, le conspirationnisme chrétien est condamnable : il présente une vision de la préparation de la fin des temps qui n’est pas construite sur l’Évangile, mais sur une analyse des plans des ténèbres. La mission d’apporter une bonne nouvelle est occultée par la fascination de toutes les mauvaises.
L’incarnation du Seigneur Jésus-Christ (qui est le sens du christianisme) nous amène à fortifier nos frères, et à forger la foi en Christ, alors que le conspirationnisme stimule une vision du monde et de l’avenir qui expose à l’inquiétude, la peur, et ne donne pas gloire à Dieu.

Troisième raison : LE CONSPIRATIONNISME DÉFIGURE L’ESCHATOLOGIE CHRÉTIENNE
Il est capital de rejeter le mélange véhiculé par le conspirationnisme chrétien et de revenir à la simplicité de la Parole de Dieu, parce qu’il est porteur de souches virales spirituelles mauvaises. Car le phénomène a déjà engendré une eschatologie New Age, déformante, dans laquelle on intègre de plus en plus d’éléments étrangers, tels les nouveaux acteurs de la Fin des Temps : les Ovnis (46).
Il aurait été impensable d’avoir à signaler de telles élucubrations, mais les faits sont là : certains enseignants chrétiens, parmi ceux qui se prétendent des  » sentinelles de la fin « , affirment que les ovnis deviendront des instruments de la scène de l’avènement de l’Antichrist (voir annexe 8).

Quel est le sens réel de ces importations  » célestes  » dans la définition et la compréhension de la fin des temps? Pourquoi font-elles ici leur apparition ? Elles trahissent en fait la présence d’un ferment New Age : les choses qui vont dans un sens syncrétique (assimilation de données orientales, mystiques, occultes) ont pour vocation de provoquer l’émergence d’un nouveau christianisme, qui tend vers un néopaganisme (47). C’est contre ce genre de velléités que les héros de la foi se sont dressés (48), et non contre les assemblages économiques, politiques ou sociaux.

Les références aux  » Nephilims  » (les géants (49) dont parle la Bible et qui sont présentés par les adeptes de la vision eschatologique conspirationniste comme des êtres issus de croisements entre des aliens [ou des démons] et des femmes) traduisent, de fait, l’apparition d’une nouvelle mythologie (50) chrétienne, dans laquelle les ovnis et les extraterrestres (ou les démons) prennent la place des dieux de l’antiquité, qui visitent les hommes, et qui enfantent des demi-dieux. Beaucoup trop de responsables chrétiens écoutent ces enseignements d’une oreille complaisante, ou alors sans exprimer les réactions spirituelles qui devraient être suscitées.

Nous voyons que le conspirationnisme chrétien, occupé à lever le voile sur les complots des ténèbres, se fait passer pour le pourfendeur du mensonge, et des ennemis de Dieu, (des  » illuminati « , des Francs-maçons et du New Age), alors qu’il s’en révèle finalement une sorte de cheval de Troie ; sous des apparences de fondamentalisme chrétien, il est l’artisan d’un syncrétisme subtil, en seconde intention (51). C’est le signe d’une dérive à laquelle nous devons prendre garde, et qui doit être combattue fermement.

Ces choses ne vaudraient même pas la peine d’être nommées parmi nous, mais leur présence sur des sites d’enseignements chrétiens nous impose d’y faire référence, et il devient nécessaire de mettre en lumière ces tentatives. Un site comme celui de Pleins Feux sur l’Heure Juste revendique 10 000 visites mensuelles ; ses articles sont relayés dans toute la francophonie par de nombreux médias chrétiens du web : ce phénomène n’est donc pas anodin, et notre attitude encore moins. Le silence de ceux qui sont appelés à être les surveillants du troupeau peut avoir de grandes conséquences.

« Mais j’ai contre toi, que tu laisses faire la femme Jézabel qui se dit prophétesse; et elle enseigne et égare mes esclaves en les entraînant à commettre la fornication et à manger des choses sacrifiées aux idoles » Apoc 2:20.

Cette prophétie nous concerne. L’eschatologie conspirationniste entraîne à une « fornication spirituelle » (un adultère spirituel, c’est ce dont il est parlé dans la message adressé à l’église de Thyatire) qui conduit les enfants de Dieu à se nourrir de choses « sacrifiées aux idoles ». Rappelons que nous sommes dans le temps où les marques sont posées (52), et chacun prend le chemin vers lequel ses choix le conduisent. L’appel à se sanctifier doit continuer d’être répété, jusqu’à la fin, (53) fermement et avec conviction, afin d’appeler à un christianisme qui ne soit pas tiède, mais brûlant. La jalousie de Dieu le fera, dans les vies de ceux qui ne craignent pas le feu de la séparation.

——————————————————————————-
Notes page 6
(45) 2 Thessaloniciens 2:8 « Et alors sera révélé l’inique, que le Seigneur Jésus consumera par le souffle de sa bouche et qu’il anéantira par l’apparition de sa venue »
(46) Voir l’article du site chrétien LA TROMPETTE A117 « Les OVNIs et les extra-terrestres », rubrique Nouvel Ordre Mondial http://www.latrompette.net/post/A117.ovnis.htm (cet article est une traduction provenant du site chrétien américain CUTTING EDGE MINISTRIES [http://www.cuttingedge.org/news/n1500.cfm], lui-même repris du site ABCNews.com). Voir également les articles du site chrétien PLEINS FEUX SUR L’HEURE JUSTE « Extraterrestres ou anges déchus ? » (http://www.pleinsfeux.com/article.php?sid=84) cet article étant lui-même une traduction provenant de http://www.raidersnewsnetwork (site New Age), ainsi que l’article « L’invasion finale » (http://www.pleinsfeux.com/article.php?sid=140) qui est une reprise du site http://www.stargods.org/FinalInvasion.htm (site Ufologue référencé sur Christiansunite.com) Voir annexe 7.
(47) Le néopaganisme est un mouvement de résurgence du paganisme antique, de certaines mythologies et de certains dieux. Parmi ses nombreuses composantes, on trouve par exemple la Wicca, parfois considérée comme une religion, ou comme une philosophie, qui inclut des éléments que l’on peut trouver dans le chamanisme, le druidisme, et les mythologies grecque, slave, latine et nordique. Certains observateurs considèrent aujourd’hui que les mouvements écologistes et altermondialistes relèvent du néopaganisme.
(48) Par exemple l’apôtre Paul dans sa lettre aux Galates, ou l’épître de Jude
(49) Genèse 6/4 « Les géants [nephillim] étaient sur la terre en ces jours-là, et aussi après que les fils de Dieu furent venus vers les filles des hommes et qu’elles leur eurent donné des enfants: ceux-ci furent les vaillants hommes de jadis, des hommes de renom ». L’hypothèse selon laquelle « les fils de Dieu » seraient des anges déchus repose sur une base extrêmement fragile. En dépit de cette fragilité, bon nombre de constructions eschatologiques instrumentalisent ce passage obscur. L’interprétation chrétienne d’influence conspirationniste à ce propos est présentée dans l’annexe 8.
(50) Voici des extraits intéressants et révélateurs d’une lettre écrite par le professeur Carl Jung à Miguel Serrano le 14 septembre 1960:
« … Comme nous avons en grande partie perdu nos dieux et que la condition actuelle de notre religion n’offre pas une réponse efficace à la situation mondiale en général, nous sommes à peu près dans la même situation fâcheuse que l’Allemagne pré-nationale-socialiste des années 20, c’est-à-dire que nous sommes en position de prendre le risque d’une nouvelle expérience wotanique (du dieu allemand Wotan), mais cette fois à l’échelle mondiale. (…) Notre conscience s’imagine seulement qu’elle a perdu ses dieux; en réalité, ils sont toujours là et attendent seulement des conditions différentes pour revenir en force ».
(51) C’est particulièrement constatable sur le site chrétien de Cutting Edge Ministries
(52) Voir l’article « La marque de la Bête » (http://www.lesarment.com/affichage_numero.php?id=292)
(53) Apocalypse 22:11

———————————————————————————-

P.7

CONCLUSION

Du point de vue de celui dont les yeux sont sur le Seigneur de la vie (54), et non sur le crépuscule d’un monde qui gît dans le malin (1 Jean 5:19), le conspirationnisme est majoritairement constitué de mensonge et de peur. Les adeptes de cette vision du monde font un culte du doute, du soupçon et confondent la recherche de la vérité avec la peur des temps de la fin. Ils accordent foi à des choses sans fondement. Le conspirationnisme – la vision d’un monde entre les griffes des  » illuminati « - ne construit pas la foi des enfants de Dieu, mais nourrit leurs peurs et les amène à en subir, subtilement, de plus en plus de conséquences dans leur caractère spirituel.

En effet, parlant des temps de la fin, le Seigneur Jésus-Christ a prophétisé en ces termes : « Et il y aura … sur la terre une angoisse des nations en perplexité devant le grand bruit de la mer et des flots, les hommes rendant l’âme de peur à cause de l’attente des choses qui viennent sur la terre habitée, car les puissances des cieux sont ébranlées » (Luc 21:25). L’angoisse et la perplexité, en relation avec notre survie, sont des émotions et des sentiments traumatisants, qui génèrent un stress qui finit par avoir raison de nous. La santé est atteinte et l’équilibre vital compromis.
Nous pouvons comprendre cette prophétie dans une interprétation littérale, c’est-à-dire en imaginant des hommes qui meurent d’une peur violente, face aux perspectives finales ; mais nous pouvons entendre également les paroles de Jésus dans le sens où « l’attente des choses qui viennent sur la terre habitée » amène les hommes dans la mort par le moyen de la peur. On finit par mourir de stress et de peur, spirituellement d’abord, en étant de plus en plus liés et paralysés.
Alors que notre « attente » devrait être tournée vers la personne du Seigneur (55), nourrie d’une espérance qui purifie (56), elle est détournée vers les complots, les drames, l’obscurité, les plans sataniques, « le bruit de la mer (des peuples) et des flots ».
Ce parallèle avec cette prophétie est établi afin de faire ressortir le puissant potentiel de la peur, qu’on trouve omniprésent dans le discours conspirationniste. La peur et l’alarmisme font « fondre le coeur »(57) du peuple de Dieu et ouvrent la porte aux vagues de paranoïa qui agitent les foules. L’appel biblique qui est lancé aux enfants de Dieu ne repose pas sur la peur des jugements de Dieu mais sur la crainte de l’Eternel (58), dans le but de faire Sa volonté, par la confiance que nous avons en Lui. Et pour cela, nous n’avons pas besoin des « lumières » de l’esprit du monde (59).

Les chrétiens doivent rejeter l’inspiration conspirationniste et revenir à la Parole de Dieu, même si celle-ci ne leur semble pas apporter toutes les réponses aux questions de la fin des temps, et de l’avènement de l’Antichrist.
Nous sommes exhortés à nous « examiner nous-mêmes pour savoir si nous sommes dans la foi » (60), et non à être capables d’identifier l’antichrist, son nom, ou sa stratégie de ténèbres (61).

« Oui mais », direz-vous, « le conspirationnisme semble détenir des informations utiles, importantes, des clés expliquant les mystères … les  » illuminati  » sont démasqués, et leurs plans sont révélés … Le complotisme paraît pouvoir servir la cause de la vérité en délivrant au monde – et à l’Église – des  » révélations  » et des « prophéties » de l’avenir ? Pourquoi le rejeter ? »

Pour répondre à ces questions, la Bible nous enseigne un exemple édifiant : l’apôtre Paul, lors d’un de ses voyages missionnaires (accompagné de Silas), fut exposé à un cas bien étrange. Dans la ville de Philippes, il fut suivi durant plusieurs jours par une femme – connue pour son don de prophétie – qui criait : « Ces hommes sont les esclaves du Dieu Très-haut, qui vous annoncent la voie du salut ! » (Actes 16:17). Elle avait un esprit de python (62) et rapportait à ses maîtres, grâce à cette faculté surnaturelle, beaucoup d’argent.
Que faisait-elle de mal ? Strictement rien, bien au contraire ! Elle avait senti quelque chose que personne d’autre qu’elle ne percevait, puisqu’elle était sensible au monde spirituel. D’une certaine manière, ne servait-elle pas le ministère de Paul et Silas, et leur mission, puisqu’elle mettait à leur profit l’immense prestige dont elle jouissait dans cette ville ? Après tout, elle ne disait que la vérité.
Pourtant, il nous est dit qu’au bout de quelques jours, Paul fut affligé et qu’il finit par chasser cet esprit de cette femme – ce qui fut le déclencheur d’une persécution à leur encontre et de leur emprisonnement.
L’apôtre aurait pu considérer cette contribution d’un oeil favorable, mais il a préféré chasser cet esprit, et se priver de ce concours, parce qu’il savait que le mélange des inspirations aurait généré, à terme, de la confusion. Sur l’heure, la différence était difficile à établir, mais l’apôtre regardait plus loin.
Aujourd’hui, le christianisme tenté par la vision conspirationniste ne chasse pas l’esprit de python. IL S’EN SERT.

En effet, la majorité des ressources constituant la nouvelle eschatologie (au centre de laquelle on trouve les thèmes traités ici, dont les « illuminati « ) proviennent de l’occulte. Témoignages de satanistes, de sorciers, d’initiés, enseignements d’anciens responsables du New Age ou encore de formateurs « d’illuminati  » repentis … Nous oublions peut-être un peu trop vite que satan est le père du mensonge (63), et qu’il sait se déguiser en ange de lumière (64). Il ne s’agit pas d’affirmer que toute personne qui est sauvée du monde occulte est suspecte, mais de prendre garde à un certain nombre de faits, qui mettent en évidence une recrudescence d’enseignements sur le monde occulte, sur les mystères des plans sataniques ou encore sur les intentions obscures des forces du Mal. Et toutes ces choses, bien sûr, sont marquées du sceau de l’invérifiabilité.

D’une manière de plus en plus systématisée, on demande aux enfants de Dieu d’augmenter leur seuil de tolérance à l’égard de ce qui provient d’autres sources que la Bible, et on entend parallèlement moins de discours de radicalisme spirituel, de séparation nette du Bien et du Mal. Il suffit de suivre les lignes de publication des éditeurs chrétiens (ou encore les nouveaux chants composés) pour s’en convaincre.

Les instruments qui sont occupés à sonder les plans de la « synagogue de satan » ne doivent pas être écoutés, ne doivent plus être écoutés. Ils sondent et explorent la pensée des francs-maçons, des satanistes, des  » illuminati », des sorciers et autres antisémites, et ne pourront logiquement pas éviter que leur « vêtement » en soit souillé (65). Ils s’alimentent à des sources corrompues, dont la réserve de mensonge et d’erreur est inépuisable. Souvent séduits, ils ne pourront éviter d’en entraîner d’autres dans leurs erreurs. Ils délaissent la source des eaux vives (66) pour se creuser des citernes crevassées dans de mauvaises compagnies. Contrairement aux apparences, ils ne sont pas vraiment intéressés par séparer ce qui est précieux de ce qui est vil (67), mais ils veulent cependant être la bouche de Dieu, avertir, être des sentinelles de la Vérité, alors que les Écritures montrent que ces positions sont réservées à ceux qui préféreraient perdre leur vie plutôt que de partager la « nourriture » d’un système dévoyé et impur, comme le prophète Daniel et ses amis en captivité à Babylone (68). Voilà les hommes de Dieu dont l’Église et le monde perdu ont besoin. Mais on trouve de plus en plus d’augures (69)et de moins en moins de vrais prophètes.

Qu’est-ce qui est le plus à craindre : l’émergence d’un  » nouvel ordre mondial  » ou un christianisme qui n’a plus que les formes de la piété ? Ne nous trompons pas d’ennemi, ni de guerre. Ce n’est pas un  » nouvel ordre mondial  » qui amène l’apostasie, mais c’est l’apostasie qui ouvre la voie à un nouveau désordre mondial.

Puisque nous savons, enfin, que le chrétien ne peut partager en même temps la table du Seigneur et celle des démons (70) et parce qu’il n’y a rien de commun entre la lumière et les ténèbres (71), j’encourage chacun à purifier sa vision personnelle, sa théologie et son eschatologie, en mettant à profit les (courts) temps qui sont devant nous. Et que Dieu nous rende capables, tous, de résister aux vagues de plus en plus fortes, de plus en plus mélangées, de plus en plus subtiles, qui viennent sur le monde habité et sur l’Église, pour séduire et égarer le peuple de Dieu, dans un but de perdition.

Apocalypse 3:10
« Parce que tu as gardé la parole de ma patience, moi aussi je te garderai de l’heure de l’épreuve qui va venir sur la terre habitée tout entière, pour éprouver ceux qui habitent sur la terre ».

Le Sarment/Jérôme Prekel/août 2009
Les annexes seront présentées dans un autre article.
L’ensemble de toutes les ressources sera imprimé en une brochure papier. Les personnes qui seraient intéressés par le sujet complet peuvent faire la demande sur le mail du site pour recevoir l’étude complète.

—————————————————————–
Notes page 7
(54) Actes 3:15
(55) Apocalypse 22:17 « Et l’Esprit et l’épouse disent: Viens. Et que celui qui entend dise: Viens. Et que celui qui a soif vienne; que celui qui veut prenne gratuitement de l’eau de la vie ».
(56) 1 Jean 3:3 « Et quiconque a cette espérance en lui, se purifie, comme lui est pur »
(57) Deutéronome 1:28
(58) Matthieu 10:28 « Et ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui ne peuvent pas tuer l’âme; mais craignez plutôt celui qui peut détruire et l’âme et le corps, dans la géhenne ».
(59) 1 Corinthiens 2:12 « Or nous n’avons pas reçu l’esprit du monde, mais l’Esprit qui vient de Dieu, afin que nous connaissions les choses que Dieu nous a données dans sa grâce »
(60) C’est de la foi du Nouveau Testament dont il est parlé ici : non pas de croire en Dieu, mais de suivre Jésus. Non pas une posture, mais une adhérence et une communion avec la Parole de Dieu, qui entretien et nourrit chaque jour un processus de séparation .
(61) Cette pensée ne sous-entend pas que ce sujet n’est pas à sonder, mais qu’il n’est pas notre priorité, loin s’en faut : aimer Dieu de tout notre coeur, de toute notre âme et de tout notre esprit, ainsi que notre prochain comme nous-mêmes devrait envahir la plus grosse part de notre programme…
(62) Actes 16:16. L’esprit de python est un don de devin, qui ressemble à la Parole de Connaissance et qui permet de prophétiser: les choses cachées sont dévoilées ; cette femme était consultée, et rapportait beaucoup d’argent à ses maîtres.
(63) Jean 8:44 « le Diable … est menteur, et il est le père du mensonge ».
(64) 2 Corinthiens 11:14 « …et ce n’est pas étonnant, car Satan lui-même se transforme en ange de lumière »
(65) Jude 1:23 « les autres, sauvez-les avec crainte, les arrachant hors du feu, haïssant même le vêtement souillé par la chair ».
(66) Jérémie 2:13 « Car mon peuple a fait un double mal : ils m’ont abandonné, moi, la source des eaux vives, pour se creuser des citernes, des citernes crevassées qui ne retiennent pas l’eau ».
(67) Jérémie 15:19 « C’est pourquoi, ainsi dit l’Eternel: si tu sépares ce qui est précieux de ce qui est vil, tu seras comme ma bouche ».
(68) Daniel 1:8.
(69) Voir l’article « Les augures du temps de la Fin » http://www.lesarment.com/affichage_numero.php?id=291
(70) 1 Corinthiens 10:21 « Vous ne pouvez boire la coupe du Seigneur et la coupe des démons; vous ne pouvez participer à la table du Seigneur et à la table des démons ».
(71) 2 Corinthiens 6:14 « Ne vous mettez pas sous un joug mal assorti avec les incrédules; car quelle participation y a-t-il entre la justice et l’iniquité? ou quelle communion entre la lumière et les ténèbres? »

Be Sociable, Share!

Leave a Reply

  

  

  

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>