de la différence entre lecture prophétique et récupérations

Actualité

Christchurch, deuxième ville de nouvelle Zélande, a été frappée mardi 22 février 2011 par un tremblement de terre qui a causé plusieurs dizaines de morts et fait d’importants dégâts. Le séisme, de magnitude 6,3, s’est produit à cinq kilomètres de la ville et à une profondeur de seulement quatre kilomètres, selon l’Institut de géophysique américain (USGS). Christchurch, 350.000 habitants, avait déjà été secouée le 4 septembre 2010 par un séisme de magnitude supérieure (7), qui n’avait pas fait de mort mais causé des dégâts considérables.

Plusieurs secteurs de la ville sont aujourd’hui en ruines. Au moins un tiers des bâtiments doivent être rasés et reconstruits, selon des ingénieurs. Le bilan provisoire s’élève à 145 morts et 220 disparus.

La Nouvelle Zélande enregistre chaque année près de 15 000 secousses, car elle est située sur la ceinture de feu, à la frontière des plaques australienne et pacifique. Ce séisme est [...]

Judaïsation du christianisme : le retour du shoffar

Connaissez-vous le shoffar ? C’est une sorte de trompette fabriquée à partir d’une corne de bélier, jadis utilisée dans le judaïsme et dont il est fait allusion à plusieurs reprises dans la Bible. Lorsqu’on voulait rassembler le peuple, communiquer une nouvelle, lancer un appel, on soufflait dans le shoffar (souvent rendu dans nos traductions par les mots trompette, cor).

Depuis quelques années, on a vu apparaître dans l’église quelques shoffars, le plus souvent ramenés d’Israël à la faveur d’un voyage. Il peut arriver qu’on les entende parfois dans des réunions de prière, d’intercession ou de louange, particulièrement aux moments dits « prophétiques » — mais uniquement dans des églises « branchées », bien sûr, parce que si la moyenne d’âge est trop élevée, on prend quelques risques cardiaques. Pour ceux qui ne connaîtraient pas le phénomène, le son est un peu comparable à une corne de brume. Avec un shoffar [...]

Les prophètes de l’Eternel sont les déclinologues de leur temps

Déclinologue : personne qui entretient une vision pessimiste de la situation économique, politique, ou encore culturelle de son pays et qui estime que cette situation va se détériorer dans le futur.

Il ne fait aucun doute que les prophètes de Dieu ont pu être perçus (et continuent de l’être) comme les déclinologues de leur temps. Le plus souvent, ils sont porteurs d’un message qui communique davantage de désapprobation divine que d’approbation : ils appellent le peuple à revenir à l’Eternel lorsqu’il s’en écarte, et nous savons que ce phénomène est malheureusement récurrent.

À la lecture de la longue histoire du peuple de Dieu dans la Bible, nous avons l’impression de sentir la présence d’une force invisible qui paraît s’exercer d’une manière systématique sur le cœur de l’homme et le repousser loin du Créateur. Comme si l’effet de la commotion originelle produite en Eden, que nous appelons la Chute, fonctionnait à [...]

Ne dis pas que c’était mieux avant … mais …

Ne dis pas: D’où vient que les jours passés étaient meilleurs que ceux ci? Car ce n’est point par sagesse que tu demandes cela (Ecc 7:10).

Cette pensée de l’Ecclésiaste est importante car elle met en lumière une attitude assez répandue, qui consiste à nourrir une certaine forme de nostalgie du passé, dans une sorte d’attitude plus ou moins consciente. D’une manière plus prosaïque, l’Ecclésiaste nous dit qu’il sera difficile d’avancer … en regardant en arrière : reculer vers l’avenir rend les progrès difficiles ! Il vaut donc mieux avoir le présent plein d’avenir, que l’avenir plein de passé…

C’est par conséquent un très bon message qui est contenu dans cette parole de l’Ecclésiaste. “Souvenez-vous de la femme de Lot” (Luc 17/32), rappelle Jésus à ses disciples : ceux qui regardent en arrière finissent toujours par s’arrêter[1] et se cristaliser à cause d’un lien trop fort avec le [...]

DIEU n’est pas déçu de toi

Pendant que Jésus était à Jérusalem, à la fête de Pâque, plusieurs crurent en son nom, voyant les miracles qu’il faisait. Mais Jésus ne se fiait point à eux, parce qu’il les connaissait tous, et qu’il n’avait pas besoin que quelqu’un rende témoignage de l’homme; car lui-même connaissait ce qui était dans l’homme. (Jean 2/23 à 25)

Jésus ne peut pas être déçu de toi, de tes échecs, ou de ta sanctification défaillante. Non seulement Il n’est pas déçu, mais Il n’est même pas surpris. Cette vision d’un Dieu déçu par les défaillances des hommes est religieuse [1], enfermée dans les limites étroites de la compréhension humaine [2].

Toi, tu es déçu de toi-même et tu en es affligé. Mais Lui, Il connaît ce qui est dans l’homme, et même ce qui est dans l’homme qui croit en lui. Il ne se fait aucune illusion sur l’homme et sur son [...]