Tous impurs

Le croyant est une nouvelle créature. Il appartient à une sainte génération et à un peuple particulier. L’Esprit de Dieu est en lui, et, à tous égards, il est très éloigné de l’homme naturel. En dépit de tout cela, le chrétien demeure néanmoins un homme pécheur. Il l’est à cause de l’imperfection de sa nature et il le sera jusqu’au terme de sa vie terrestre. Les doigts sales du péché laissent des traces de suie sur nos habits les plus beaux. Le péché défigure notre repentance avant que le grand Potier divin la termine sur son tour. L’égoïsme souille nos larmes et l’incrédulité abîme notre foi. La meilleure chose que nous ayons jamais faite, en dehors des mérites de Jésus, ne fait qu’augmenter le nombre de nos péchés. En effet, même le jour où nous avons été le plus purs à nos propres yeux, nous ne l’avons pas été au […]

Le pouvoir destructeur du compromis

Une définition correcte et plus actuelle de l’expression biblique «pierres d’achoppement» est le mot «compromis». Le compromis est l’ennemi le plus mortel du chrétien. Cela a l’air relativement inoffensif, mais ne vous laissez pas abuser. J’ai rencontré de nombreux chrétiens qui étaient restés sur la route, mais je n’en ai jamais rencontré un seul qui soit tombé tout d’un coup. Dans chaque cas, les individus ont baissé leur garde, un petit compromis à la fois. À la fin, tous ces petits compromis se sont additionnés pour en former un grand – le grand compromis.

Le compromis – habile, séduisant, subtil, mortel – est l’une des tactiques les plus efficaces jamais inventées par le diable contre les chrétiens. Satan n’espère pas vraiment convaincre la plupart des chrétiens d’aller commettre quelque terrible péché. Non, il préfère bien plus nous convaincre de baisser notre garde juste un petit peu à la fois – […]

Hier, aujourd'hui, et éternellement

Nous savons tous qu’il y a 365 jours dans une année, mais combien savent que seulement 3 jours sont importants ? Et parmi ces 3 jours qui comptent d’une manière toute particulière, il en est 2 dont on ne peut rien faire, et qui nous échappent complètement : la journée d’hier, car elle est achevée, et celle de demain, qui reste à venir. Seul, compte vraiment aujourd’hui.

« Aujourd’hui », c’est un nouveau départ. Rien n’est encore arrivé, il n’y a pas de fautes commises et personne ne l’a encore gâché, ce jour, il est à nous ! Nous sommes les bénéficiaires d’une nouvelle chance. Dieu fait lever son soleil sur les bons comme sur les méchants (Mat. 5/45), et chaque matin, Il renouvelle ses bontés (Lament. 3/23).

C’est véritablement par la Grâce de Dieu si nous sommes là, ayant encore ce pouvoir de «devenir enfants de Dieu» (év. Jean, […]

Je ne regarde pas ...

Je ne regarde pas en arrière, Dieu connaît mes efforts infructueux, les heures perdues, mes péchés et mes regrets. Je laisse tout à Dieu qui m’a donné un Sauveur et me pardonne avec bonté, effaçant toutes mes désobéissances.

Je ne regarde pas en avant, Dieu connaît mon avenir, la route qui, longue ou courte, me conduira à Sa maison. Jésus sera avec moi dans chaque épreuve et portera pour moi le fardeau de mes soucis.

Je ne regarde pas autour de moi, les frayeurs m’assailliraient, si grand est le tumulte agité de la vie, si sombre est le monde plein de méchanceté, si vain l’esprit de bonheur et de paix qu’il m’offre.

Je ne regarde pas en moi, ce qui me rendrait profondément malheureux, car je n’ai rien en moi sur quoi fonder mon espérance. Je ne vois rien que faillite et manquements faibles résolutions se brisant en poussière.

Mais […]

Stratégie de la foi

Considérez Josaphat, roi de Juda, attaqué soudain par une coalition d’ennemis : Ammonites, Edomites et Moabites qui arrivent sur lui à l’improviste. Il ne l’apprend que lorsqu’ils sont à dix lieues de la capitale. Le sens commun aurait suggéré : il faut mobiliser, se précipiter pour les arrêter ; cependant sans beaucoup d’espoir, car ils étaient en nombre bien supérieur et préparés au combat. Mais Josaphat connaissait le secret de la stratégie spirituelle : ne pas se précipiter au-dehors, mais au-dedans, aller vers le Commandant en Chef, mettre la chose au clair avec lui, prendre son point de vue et ses ordres.

Josaphat était homme ; il avait peur, nous dit le récit. Bon, c’est tout à fait normal et même, en fait, nécessaire car la crainte c’est de la foi à rebours ; or la foi, après avoir été portée à croire le pire, peut être retournée et croire […]